Fabien Mirabaud

La Panamerican Highway

...de Septembre 2002 à Mars 2003

English Version
Livre d'Or
Nos partenaires Déductibilité

Les rubriques :

Qui sommes-nous ?

Le monde de la moto :

Le Nicaragua

Nous vous avions dis que le Honduras semblait avoir beaucoup souffert de ce que ce sacre Mitch leur a inflige... Au nicaragua, pis encore, nous realisons combien 1998 a du etre une annee epouvantable et combien le pays a du etre touche pour toujours montrer des signes de detresse 4 ans plus tard.

En effet, apres avoir traverse la frontiere qui pour le moment nous aura fait le plus transpirer, nous nous retrouvons sur une route, a 80km de la destination ou nous pensons pouvoir dormir... En General, pour 80km, nous comptons 1h30 pour etre large, avec les pauses essences-pipi-jambes ankylosees-fesses douloureuses- dos casse! Mais il nous faudra, tant la route sera mauvaise, plus de 4 heures pour arriver a Leon. Nous n'aimons pas rouler de nuit car la visiblite est reduite et les conditions sont alors ideales pour augmenter le nombre de chiens creves sur le bord de la route. Nous avons en realite occulte la difficulte de cette route, qu'aucun guide n nous avait signale et avancerons avec peine sur cette route qui n'est qu'une succession de nids de poules. Annabelle decouvre ainsi les joies des virages serres et des slaloms a moto... pourtant a vitesse tres reduite!

Nous arrivrons fianlement dans une petite ville coloniale fort chamrmante: Leon, a 10 km du Pacifique. Petit hotel routard dans une architecture du siecle dernier. Nous sommes bien contents de nous reposer apres ce qui fut l'une des journees les plus difficiles de notre voyage.

Le lendemain nous verra sur le bord du Pacifique a gouter aux joies des siestes et des bains...

Cette etape repos sera longue de 48 heures, avant de nous diriger tranquillement vers le Sud comme d'habitude! Nous aurons meme passe une soiree tres "civilisee", en allant au cinema assister a la projection du dernier Hannibal le Cannibal, "Red Dragon". Sans voulor transformer ce site en nouveau lieu de critique cinematograophique, nous avons trouve que ce film etait, dans son genre, une reussite. On y retrouvais les ingredients du premier Hannibal, " Le Silence des Agneaux". Le film relate l'histoire d'un nouveau psychopate pour lequel Hannibal represente une reference en la matiere. On y decouvre comment Hannibal s'est fait capturer par un super heros agent du FBI, avant meme l'arrivee de la belle Jodie,... Pas trop de scenes epouvantbles comme dans le deuxieme film de la serie. Mais tout de meme de quoi sursauter dans la salle... A voir donc.

Notre prochaine destination sera celle de San Juan del Sur, toujours au bord du Pacifique qui, fidele, nous accompagnera jusqu'en Patagonie.

Petit village relax de bord de mer, ou Tom nous rejoindra apres avopir fait reparer ses rayons, et qui servira de base a l'un des moments les plus forts de notre voyage: un soir de pleine lune, nous sommes partis sur une piste de 20km pour atteindre un site protege, La Flor, ou viennent pondre, entre aout et janvier des milliers de tortues. Les soirs de pleine lune semblent particulierement propices a leur visite, et nous decouvrirons un spectacle qui nous aura converti! A la tombee de la nuit, apres avoir roule sur une piste bien defoncee et traversee des rivieres assez profondes (notre voyage se transforme petit a petit en Camel Trophy!), nous atteignons le sanctuaire des tortues. Le garde ranger nous explique le cylce des tortues, nous ecoutons bien attentivement mais n'avons toujours pas ete sur la plage...

Lorsque nous nous y rendrons, nous nous rendrons compte de la beaute des lieux et de la magie que degage cette nuit de pleine lune. La lumiere de la lune joue avec les palmiers qui se couchent dans l'eau. Orme ou chene ou tremble / Luit le croissant d'or / nul arbre le tremble / au loin le bois semble un geant qui dort... (petite aparthee en hommage de nos annees tres PBBT!)

Bref, c'est tres beau. Et encore plus quand au fur et a mesure de notre avancee nous decouvrons des dizaines de tortues venues pondre. Elles arrivent couagesement de la mer, apres un long voyage en provenance du Perou et en passant par les Galapagos, pour pondre sur la plage ou leurs meres venaient pondre depuis des millenaires et ou chacune de ces tortues viendra pondre chaque annee pendant pres de 150-200 ans!!

Les tortues creusent un trou assez profond avec leurs nageoires arrieres, et pondent pres de 100 oeufs qui ressemblent a s'y meprendre a des balles de ping-pong. Puis elles recouvrent de sable le trou creuse, afin de garantir aux oeufs une certaine constance de temperature et afin de les proteger des predateurs qui font rodent deja autours des nids. Les oiseaux font beaucoup de ravages et s'attaquent a certains nids a peine la tortue retournee dans la mer... En recouvrant les nids, les tortues fournissent un dernier effort physique qui semble les epuiser a un point tel que les soufflement des tortues sont tout a fait perceptibles! Pour tasser le sable et ne laisser aucune chance aux predateurs, les tortues se hissent sur leurs quatre nageoires et se laissent tomber de tout leur poids. Le bruit de toutes ces tortues qui cognent le sable est assez etrange.

Nous passerons une bonne premiere partie de la nuit a les observer ainsi. Allonges sur le sable, Annabelle et Fabien verront passer a 15 centimetres d'eux une tortue sortant de l'eau pour aller pondre. Elle a regarde Annabelle, a ouvert la bouche pour manifester quelque chose qui nous echappe et a continuer son chemin, sans se soucier de nous. Il faut dire que Annabelle et les tortues, c'est une longue histoire de coeur...

Une fois les oeufs pondus, les bebes tortues naissent au bout de 45 jours, pas dans les choux comme chez nous, mais dans le sable... Seulement 1% de ces tortues viendra un jour se reproduire sur la meme plage qui l'a vue naitre. Le reste sera manger par les oiseaux, les poissons ou les mamiferes marin...une partie de ces bebes tortues n'atteindra meme pas la mer et mourra d'epuisement et d'insolation. Dur dur d'etre une tortue. Mais une fois que l'on est devenue une grande tortue on en prend pour jusqu'a 200 ans, tout de meme!

Fini pour la page Ecolo. Voici une nouvelle sequence emotion: apres San Juan del Sur, nous nous embarquerons pour la plus grande ile d'eau douce au monde: Ometepe, surmontee de deux volcans eteints. La traversee du lac sera bien agitee, ce qui ne manque pas de nous surprendre! Nous passerons deux nuits sur cette ile, dans une ferme de cafe, organisee sous forme d'une cooperative ou meme les jeunes qui viennent passer quelques temps dans l'ile ont la possibuilite de travailler en echange du gite et du couvert. Nous choisirons cette ferme pour son ambiance, assez hippie-routard moderne. et aussi parcequ'elle se situe au pied du volcan que nous escalederons le lendemain.

La ferme cultive du cafe de maniere traditionelle, c'est a dire que les plantations de cafe sont sous les arbres, et non exposees au soleil. Ceci donne, soit-disant, une qualite superieure au cafe; mais surtout ce type de culture traditionelle garantie une protection de l'environnement. Une fois les baies du cafe mures, elles deviennent rouge. Deux grain sont alors extraits de la cosse, puis seches au soleil, avant d'etre torreifier. Ainsi le cafe qui est eleve dans cette tradition recoit-il le lable de cafe bio!! La prochaine fois vous y penserez en allant acheter cotre cafe au Monop!

Notre ascension du volcan se fera en deux parties: une premiere assez aisee, au bout de laquelle s'offre une vue saisissante sur le lac. La deuxieme partie est assez penible: le chemin n'existe plus et fait place a une trainee de boue. Thomas le victorieux arrivera au sommet... couvert de nuages!

En descendant, nosu rencontrons de nombreux oiseaux qui devaient dormir quand nous sommes passes a l'aller... mais surtout plein de singes dont les hurlements, les aboiements et les mimiques nous amusent beaucoup. Annabelle et Fabien resteront longtemps a les observer et a rigoler de leurs gestes et des maladresses des plus jeunes...

Apres un reveil a 3h30 du matin pour recuperer le bateau qui nous ramene sur le continent, nous traverserons la frontiere pour nous rendre au Costa Rica le 22 novembre.