Fabien Mirabaud

La Panamerican Highway

...de Septembre 2002 à Mars 2003

English Version
Livre d'Or
Nos partenaires Déductibilité

Les rubriques :

Qui sommes-nous ?

Le monde de la moto :

Nos premiers jours a New York

Jeudi 4 octobre - C´est toujours une reelle exitation d´arriver a New York, de retrouver son metro, ses habitants, son ambiance ! Il y fait deja tres chaud. Nous sommes accueillis chez Gonzague. Champagne pour fêter notre arrivee ! (auquel on ajoutelejet lag et paf !). Nous nous endormons assez vite, sans meme finir de remplir nos papiers...

Vendredi 5 octobre - Nous avons appris que le contenaire doit etre controle par la douane americaine et que cela pouvait prendre de 5 jours a... 3 semaines ! Ca y est, nous sommes maudits ! Prenant notre mal en patience (on n´a pas trop le choix en fait...) nous partons avec Gonzague et Frank passer un week-end aux Hamptons, le"Deauville" new-yorkais, petit havre de paix au bord de l´ocean, en compagnie dela famille Segallo. Piscine et tennis, tres reposant (Merci Ruth !...)

Lundi 8 octobre - Le contenaire est libere, excellent, on pourra ainsi partir demain ! Il faut des maintenant obtenir une assurance pour pouvoir rouler ; nous attendrons toute la journee (l´agence basee en Californie n´a pas du lacher son surf...) Nous l´avons ! A partir de maintenant, c´est la course : nous prenons le train pour le New Jersey, puis un taxi, aui nous conduit au service d´importation des vehicules ; l´officiers americains nous fera ca en 2 minutes alors aue le bureau est ferme depuis 1 heure ! A 17h, la societe de transport doit etre fermee, on appelle quand meme, ca passe, on fonce aux hangars recuperer nos motos. Un mec enorme sur un tout petit tracteur eclate violemment la caisse en bois qui contient nos motos. On les a !!! On revient a Manhatan, trioñphant !!! Soulages, nous pouvons partir demain !

Mardi 9 octobre - Une fois de plus, c´est le grand jour. Apres Paris et Le Havre, nous partons de New York. Les taxis new-yorkais conduisnet n´import comment. Nous retrouvons Frank, Gonzague et les amis de BFL au Plaza Hotel pour un dernier "au revoir". Nous prenons la route, passons devant Ground Zero, devant la Statue de la Liberte. C´est vraiment une drole de sensations : une certaine tristesse de quitter ses proches mais une telle joie de concrestiser ce projet et de partir vers...